POUR EN FINIR AVEC
LES ÉLUCUBRATIONS HÉRÉTIQUES
DU GUÉRARDISME 
(Lecture critique de l'éditorial & de l'article qui le suit
"Pape, papauté et siège vacant dans un texte de saint Antonin
de Florence et dans la pensée du Père Guérard des Lauriers",
par l'abbé Ricossa - Sodalitium n° 66, janvier 2016)
 
            
Preambulum
 
        Venant de finir de rédiger une réfutation soignée et radicale de la thèse guérardienne, je considère qu'il s'agit d'une grande nouveauté, et c'est pourquoi j'en fait une annonce dans mon Blog, pour que le lecteur en soit bien informé.
        Cependant, mon article est évidemment inséré sous l'onglet "Réfutation de la thèse guérardienne", que le lecteur trouvera dans le cartouche en haut à gauche de la page d'accueil de mon site. Le lecteur n'aura donc qu'à cliquer sur cet onglet pour trouver ce nouvel article, dont il n'aurait pas été informé si je n'avais créé cette page de Blog.
        Je mets ici simplement la lettre d'accompagnement adressée à M. l'abbé Ricossa, pour l'informer lui-même de cet article :
 
 
 
 
Argentré du Plessis,                                                                       Ce 4 Avril 2016,
           
        M. l'abbé Ricossa,
        Je vous prie de bien vouloir trouver en pièce jointe, un commentaire critique de votre article Pape, papauté et siège vacant, etc., dans le dernier n° de Sodalitium (n° 66).
        Vous vous TROMPEZ gravement, M. l'abbé !
        J'admire votre combat contre le positionnement de la Fsspx, mais hélas vous avez pris la peste pour combattre le choléra, c'est à peu près ce qu'est le guérardisme, parfaitement aussi hétérodoxe que le lefébvrisme, vous le comprendrez j'espère en lisant ma critique très-argumentée.
        Seule la thèse de LA PASSION DE L'ÉGLISE que le Bon Dieu me donne la grâce d’exposer rend compte de la Foi dans "la crise de l'Église", vous devriez vous pencher avec beaucoup d'attention sur cette thèse, M. l'abbé.
        Puisse mon texte vous aider à bien le comprendre !
        Puisse Notre-Dame du Bon-Conseil, sous le patronage de laquelle vous avez mis votre sacerdoce, vous y inciter !
        Croyez à tout mon respect, bien sincère, M. l'abbé Ricossa, in Christo Rege.
 
Vincent Morlier,
Écrivain catholique.
 
 
12-07-2022 21:32:00
Print