• Imprimer

Réfutation de la thèse des "Ralliés"  

 

      

Intro de l'article "Réfutation de la thèse des Ralliés"

 

        De la même manière que pour la page de réfutation du "lefébvrisme", il ne va pas non plus m'être très-difficile de construire cette présente page de réfutation de la thèse des "Ralliés", attendu que, sur demande d'un prêtre de cette mouvance, j'ai, là aussi, rédigé toute une réfutation théologiquement argumentée de ce positionnement qui consiste principalement à nier le caractère hérétique formel de la doctrine, ou plutôt de l'anti-doctrine, de la Liberté religieuse (exaltée abominablement, comme chacun sait, par les Pères de Vatican II dans le décret Dignitatis Humanae Personae). Ladite réfutation, qui revient donc positivement à démontrer le caractère hérétique formel de la Liberté religieuse, rédigée sous forme de Lettre, a été dûment envoyée en son temps aux R.P. de Blignières et de Saint-Laumer (les dominicains de Chémeré), ainsi qu'à l'abbé Bernard Lucien.

        La Liberté religieuse est en effet formellement hérétique dans la lettre même du texte magistériel. Il n'est besoin, pour en être convaincu, que de lire par exemple l'abominable § 5 du décret conciliaire. Quel père de famille catholique, conscient de ses responsabilités parentales devant Dieu et les hommes, pourrait en effet bien y lire ce qu'osent dire les Pères de Vatican II, sans en rougir de honte jusqu'à la crête, et que voici : chaque famille, en tant que société jouissant d'un droit propre et primordial, appartient le droit d'organiser librement la vie religieuse du foyer sous la direction des parents. À ceux-ci revient le droit de décider, dans la ligne de leurs propres convictions religieuses [!!!], la formation religieuse à donner à leurs enfants". Est-ce qu'on se rend bien compte de ce que peuvent déduire de ce texte abominable, mais texte magistériel conciliaire, les parents non-catholiques, croyants dans des faux-dogmes ? Desquels se déduisent des attentats directs contre l'intégrité et la dignité humaines de leurs enfants, puisque, d'une part, "il n'y a rien de plus pratique qu'un principe" (Mgr Duchesne), et d'autre part, seuls les principes de la vraie religion, celle catholique, peuvent générer une formation parentale de l'enfant respectant intégralement sa nature et sa dignité humaines ? Sans y attenter d'aucune sorte, comme le font, peu ou prou, TOUTES les fausses religions ? Ainsi donc, l'atroce coutume de l'excision sexuelle des fillettes africaines nées pour leur malheur dans des foyers idolâtres tirant de leur idolâtrie, pardon, de "leurs propres convictions religieuses", cette pratique abominable, est, dans ce scandaleux et inouï DHP § 5, cautionnée et même proclamée agressivement par les Pères de Vatican II una cum Paul VI, comme un... droit légitime des parents à la Liberté religieuse, dont ils ont osé nous dire, dans DHP § 2, qu'elle était... "APPUYÉE SUR LA PAROLE DE DIEU" !!!

        On l'aura compris : il n'est donc nullement question d'une bonne interprétation à faire de la Liberté religieuse, prétendument... à la lumière de la Tradition (!). "L'herméneutique de continuité" n'est qu'un vœu pontifical certes pieux mais illusoire. Le vrai, c'est que c'est la lettre magistérielle elle-même qui est formellement (et abominablement) hérétique dans son sens obvie et immédiat. En vérité, amen je vous le dis : le contenu, à la fois doctrinal et pratique, du décret sur la Liberté religieuse, est si ennemi de la dignité humaine véritable, singulièrement celle de l'enfant comme nous venons de le voir concrètement avec DHP § 5, que son vrai titre devrait être : Indignitatis Humanae Personae, de l'Indignité de la personne humaine. L'ennemi du genre humain a réussi ce tour de force inouï, incroyable, de faire professer par les Pères de Vatican II una cum le pape, une anti-doctrine qui abolit radicalement dans tout homme la dignité humaine véritable (laquelle consiste essentiellement à vivre de Jésus-Christ, donc de sa seule Religion, que ce soit dans le for privé ou le for public-sociopolitique), sous couvert de... la dignité humaine !!! Celui qui ne voit pas là l'action de Satan, l'esprit contraire, ne la verra jamais et nulle part. Ce décret conciliaire maudit entre tous n'a qu'un avenir : qu'on lui mette une meule au cou et qu'on le jette au plus profond de la mer.

        Réfutation exhaustive de la position des "Ralliés", mensongère & scandaleuse, ici........................................