• Imprimer

 Exposé de la thèse de

"LA PASSION DE L'ÉGLISE"

 

 

Intro de l'article "Exposé de la thèse de LA PASSION DE L'ÉGLISE"

 

        La thèse de "LA PASSION DE L'ÉGLISE" expliquant la "crise de l'Église" est extrêmement simple, de la simplicité du Saint-Esprit, et tient en fort peu de mots. Mais elle, et elle seule, rend compte victorieusement de la Foi face à la situation ecclésiale aberrante issue de Vatican II, théologiquement incompréhensible, et qui s'énonce ainsi : Le 7 décembre 1965, date mémorable à jamais, le pape Paul VI a promulgué avec toute l'Église Enseignante, dans un cadre certain d'infaillibilité, un Décret magistériel contenant une formelle hérésie, à savoir Dignitatis Humanae Personae, sur la Liberté religieuse.

        Comment bien expliquer cela, qui est théologiquement... inexplicable ? Est-ce que cette situation ecclésiale, hélas absolument vraie et réelle dans toutes les parties de l'énoncé susdit, mais que toutes les mouvances tradis. en présence dans le Tradiland cherchent à fuir, de bâbord ou de tribord, ne manifesterait pas, n'illustrerait pas, ce que saint Paul nous apprend lumineusement de la Passion du Christ, lorsqu'il la décrit comme la "si grande contradiction" (He. XII, 3-4) ? Ou encore, lorsqu'il dit du Christ vivant sa Passion, qu'Il est "fait péché pour notre salut" (II Cor. V, 21) ? Mais comment donc l'Épouse immaculée du Christ (et, au fait, le Christ avant elle), puisse-t-elle être "faite péché"... sans que la Note de Sainteté dont elle est divinement dotée soit entachée d'aucune espèce de coulpe ou faute formelle séparant de Dieu ? Est-ce la théologie dogmatique, avec sa notion d'infaillibilité, qui doit résoudre le problème gravissime de notre "crise de l'Église", ou bien la théologie morale, avec sa notion d'impeccabilité, n'y serait-elle pas plus adéquate ?

        Réponse et mise à plat chirurgicale, à la fois terrible, affreuse, mais libératrice et sanctifiante, ici, et nulle part ailleurs.....